« Finding Emily Fitch »…

Saison 1.

normal_scnet_findingcarter_s1promotional_001-1

Je sais. Un acteur n’est pas défini par l’un de ses rôles. Aussi marquant qu’il soit. Mais Emily Fitch de Skins… C’était la raison pour laquelle j’ai préféré les saisons 3 et 4 aux premières (avec JJ, mais c’est un cas à part :’D). Et là, elle fait tomber l’accent anglais pour se glisser dans la peau d’une ado américaine des plus communes (mais qui fait bien mieux passer ses émotions que ses collègues de la même tranche d’âge) à qui il arrive une histoire de dingue. Sa mère n’est pas sa mère. Ouaip. En fait, à l’âge de 3 ans, elle a été kidnappée (les motifs du coupable restent encore flous) par une femme qui a prétendu ensuite, pendant 13 ans, être sa mère. Tandis qu’elle se fait arrêter et mettre en détention, la police s’aperçoit du travestissement et prévient ses parents biologiques qui vivent à 2 h de route de là. Perso, si je kidnappais un gosse, j’irais plutôt à 10h de route de là, je veux dire, on est aux US, il y a de la place autre part. Du coup, sa fausse mère se retouve comme fugitive, et Carter débarque dans une nouvelle famille où elle a une sœur jumelle (mais qui n’est pas jouée par la vraie jumelle de Kathryn Prescott, c’est assez perturbant), un petit frère, un papa et une maman comme une famille normale *sort*. Enfin, bref.

scnet_findingcarter_s1promotional_008

C’est une série de MTV, c’est-à-dire que ça s’adresse à des ados en manque d’attention et qui veulent avoir une vie extraordinaire (et qui agissent comme des adultes en décidant de tout, sûrement parce que l’actrice principale a 23 ans et joue une fille de 16 ans). Franchement… ça marche ^^’. Le surdrama est incroyable, des histoires à dormir debout que ce soit les gamins qui vivent quasiment sans parents (Max vit carrément émancipé x’) dans des immenses appartements pour eux (oui, le syndrome de Underemployed x’). Mais on rentre dans l’absurdité de la série, et donc son point fort (même si j’aurais aimé avoir plus de scènes entre Carter et sa mère, car on nous balance ça vraiment rapidement). L’ensemble a un petit air de The Fosters (d’ailleurs, il y a l’acteur Alex Saxon qui joue dedans avec ses horribles cheveux longs) avec une mère policière, centré principalement sur les gamins, leurs potes et leurs relations, et le thème général de la famille recomposée. J’ai beau dire ça, j’ai enchaîné les épisodes en deux jours x’D.

normal_scnet_findingcarter_101stills_006~0

Les adultes sont là pour faire joli et pour faire compatir. Le père (Alexis Denisof x’D) est hyper cool, sympa, mais il a quelque chose à cacher, alors que la mère (Cynthia Watros qui sort directement du soap opera et de sa séance de chirurgie esthétique) est le stéréotype de la femme avec un syndrome post-traumatique et qui monté un mur pour se protéger. On sait bien qui est-ce qu’on préfère dans le fond x’). Le retour de Carter est donc un miracle, tout le monde est content (sauf sa sœur jumelle parfois, avec qui sa relation va être assez intéressante). Le petit gamin est assez drôle, il parle bien et a un bon jugement. Et bien sûr, des romances qui se font et défont, le côté rebelle etc. Effectivement, Carter peut paraître trop je-sais-tout (surtout vu son comportement de fille unique gâtée et capricieuse x’D) , mais Prescott a les épaules pour la rendre sympathique (ou alors c’est mon avis qui est biaisé x’D), tout comme le reste du cast.

fc2

On apprend qu’il ne faut pas se fier aux apparences, que les secondes chances existent, qu’une famille est capable de surmonter toutes les horreurs si tout le monde reste uni. Un drame familial qui traite de sujets plus ou moins sensibles comme la drogue, la délinquance, l’autorité. Pour une série pour ados, ça balaye pas mal de sujets et c’est plus réaliste dans le langage et dans les thèmes que d’autres de ABC tant qu’on accepte le postulat de départ. Saison 2 pour l’été prochain où on en apprendra plus sur les protagonistes du kidnapping de Carter ! (Petit plus, s’il y a une chanson que vous aimez bien, elle est indiquée sur le site de MTV…)

Publicités

Et les séries reprennent petit à petit…

Bon, c’est vrai, il y a les nouvelles séries, mais il y aussi les anciennes qui reviennent. Voici un petit méli-mélo de cette reprise 2014 pour les séries que j’ai vues… Ah oui, bien sûr, ça spoile.

shay

Chicago Fire : FUCK THIS. Pardon pour la vulgarité, mais je ne sais pas quoi dire d’autre. Je n’avais rien lu cet été qui pouvait me donner un indice sur le chemin qu’allait emprunter cette nouvelle saison de CF. Et je m’attendais encore moins à cette mort. Je ne sais pas si je suis juste énervée, affligée ou alors blasée. D’accord, il fallait un mort, et bien entendu, cela ne pouvait pas être un des pompiers qui se sacrifiait (même un secondaire, Mouch, Cruz ou Hermann, ils me sont totalement indifférents ils étaient dispensables x’), mais non, possibilité même pas envisagée. Tuer Shay permet de faire briller Severide, comment il va faire face à la mort de sa meilleure amie. Je ne traiterai pas les scénaristes de misogynes, mais bon, la frontière est proche. Et ils ont osé la remplacer par une pâle copie qui a le droit à sa propre scène pour se mettre en valeur en sauvant une victime… Elles se ressemblent jusqu’au grain de beauté, sérieusement ! Je ne suis donc pas sûre de continuer avec autant d’enthousiasme cette série, car je ne regardais que pour elle (Lauren German était particulièrement belle dans l’épisode x’D), Peter Mills, Dawson (très belle scène où elle exprime son syndrome du survivant) et le Chief… Vous n’êtes pas contents ? Dommage pour vous, car c’est pareil !

LiamandAmy201_800x533-550x366

Faking It : Oui, c’est une reprise très logique. Le lendemain du mariage, Amy et Liam au lit, Karma qui tente tout pour se faire pardonner, Lauren et Shane qui fraternisent… somme toute, un épisode divertissant de Faking It ! Le mélodrame actuel, encore un secret d’adolescent (ça s’engouffre dans la veine Awkward. du triangle amoureux impossible), devient de plus en plus impossible à dénouer semble-t-il sans qu’un des trois n’en souffre sérieusement. Sauf si comme dans Awkward. tout se passe miraculeusement bien x’). Et le petit twist de la poubelle était prévisible à des kilomètres à la ronde. Je me demande juste si Lauren était gentille pour un épisode ou si elle va plus ou moins le rester pour le reste de la saison (et petit clin d’œil à Bunheads avec son poster des pointes de danse sur sa porte ^^). J’aurais tendance à prendre le parti d’Amy… mais étrangement, j’ai trouvé la réaction de Liam assez réaliste aussi (même s’il ne sait toujours pas jouer le pauvre). L’épisode est passé rapidement, comme tout dans cette série, il y a plein de maladresses mais on pardonne avec MTV (ça me fait penser qu’il faut que je regarde Finding Carter pour essayer).

the-good-wife-6-01-alicia-and-finn

The Good Wife : L’impatience rongeait son frein, mais je dois avouer que j’ai été déçue un peu par cette reprise. Bien sûr, Eli allait proposer à Alicia de se porter candidate pour le poste de state attorney, jusque-là, pas de surprise. Mais la suite…  L’opposition Polmar/Alicia me rend triste, j’espérais qu’ils allaient devenir amis ou du moins collaborer autrement que sur une affaire… En plus, mettre Cary en prison pour faire revenir Bishop, cette idée m’a un peu ennuyée. Concrètement, c’est très bien écrit et pensé, car non seulement c’est un moyen de faire revenir des personnages (genre Kelli Giddish après des années d’absence lolilol), mais ça donne un coup de poussière à nos souvenirs aussi. Le truc reste que je ne voulais voir qu’une chose, comment Diane allait être embauchée par Florrick/Agos (et secondairement, j’ai hâte de voir la campagne d’Alicia) x’D. Okay, l’épisode est très tendu, aucun doute là-dessus, et c’est ce qui est fort car on ne devine jamais où est-ce que ça va mener… Ah oui, Kalinda a l’air d’être sur une meilleure voie cette saison alors qu’elle n’était que l’ombre d’elle-même dans la dernière. Alors kudos pour son perso qui revient un peu sur les rails :’).

MING-NA WEN, LUCY LAWLESS, NICK BLOOD, WILMER CALDERON, HENRY SIMMONS, CHLOE BENNET, PATTON OSWALT

Marvel Agents of SHIELD : Honnêtement, ça s’annonce bien. Ils ne sont pas retombés (encore) dans les travers du début de la saison 1, le groupe se reconstruit, Coulson a vraiment pris son rôle de directeur à bras le corps. Non, je n’aime pas la frange de Skye ni la barbe de Ward, en revanche, la moustache de Talbot est vraiment ringarde à souhait :’D. L’arrivée des nouveaux est un peu survolée mais je suppose qu’ils vont revenir là-dessus plus tard, ils en ont profité pour amener le mystère de cette nouvelle saison. Choix stratégique, ça lance une nouveauté, et on donnera sans doute une chance aux ajouts du cast (même s’ils ne me convainquent pas du tout, surtout la perruque de Lucy Lawless). Comment ne pas mentionner la fin de l’épisode qui est juste émouvante aux larmes ? FitzSimmons :'(… Nul besoin de confirmer le talent d’Iain de Caestecker (vivement Lost River sur nos écrans). Je ne m’en doutais pas du tout, naïve comme je le suis… Et les premières images d’Agent Carter sont très jolies et ont attisé ma curiosité, je l’avoue. Surtout la classe d’Hayley Atwell *soupire*.

640x426xnetloid_sleepy-hollow-season-2-episode-1-recap-this-is-war-640x426.png,qcf9e5e.pagespeed.ic.xbjBg1-c_6

Sleepy Hollow : Beaucoup d’action pour ce nouvel épisode, dans le feu de l’action même. Reprise en trombe, qui n’est pas particulièrement mauvaise mais on dirait surtout qu’il n’y a pas eu de pause (la preuve, ils font même revenir l’Asiate), et c’est un peu déroutant, ça faisait plutôt reprise de mi-saison. C’est également déroutant de se prétendre l’apprenti de Benjamin Franklin… Mais au moins l’histoire avance, on suit bien le fil rouge. Il y a pas mal d’incohérences (je ne parlerai pas de la reconstitution du purgatoire car bienvenue au musée des horreurs x’D), mais bon « as usual, impossible becomes our reality ». Je ne sais pas si je suis la seule à ne pas sentir l’alchimie romantique entre Crane et Mills mais s’ils finissent ensemble (car forcément Katrina va mourir), ça va être bizarre. Et il faut l’ajouter, John Noble est de plus en plus flippant. Pas de surprise de ce côté-là, c’était divertissant et ça continue dans la veine de la saison 1.

 

The Voice US : Quoi, ça compte pas :’D ? Pourtant ça a repris, Blake Shelton est toujours génial, comme à son habitude.

MTV rocks (si si)

Mention de plusieurs séries de la chaîne, saisons finies/annulées, sans vrais spoilers.

Il y a des phrases qu’on n’aurait jamais cru dire un jour. Ex : « Jude Law a retrouvé des cheveux. » Ah non, ça n’arrivera jamais ça *sort*… En revanche, « j’aime les séries de MTV », eh bien, c’est tout à fait vrai. Enfin, je crois… Du moins, je suis agréablement surprise ^^. J’ai toujours associé cette chaîne à un public de jeunes, avec des clips de musique pas toujours très « PG-13 », conduite par une volonté d’être totalement mainstream (tiens, mon auto-correcteur live veut changer « mainstream » en « instrumentaire » :’O). Un peu comme Skyrock quoi. Et ça ne me concernait pas car je suis trop une rebelle anti-conformiste qui n’aime pas ce qui est mainstream (véridique x’). En gros, c’était principalement de la musique qui se veut branchée. Les MTV Video Music Awards en sont l’exemple parfait. Après, il y a eu l’explosion de la télé-réalité, et oh my, de la scripted reality, et la crédibilité de la chaîne en a encore pris un coup. Dois-je mentionner l’incroyable concept de Jersey Shore qui a connu déjà 6 saisons ? Qui a révélé Snooki et comparses. Mais j’avoue, récemment, certaines séries de MTV ont juste attiré mon attention.

Il y a une certaine fraîcheur qui se dégage de leurs séries originales (oui, je ne parle pas de l’enfer de leur télé-réalité, car je crois qu’ils s’en sortiront jamais). Je ne dis pas que les concepts sont grandioses, ni que les acteurs sont extrêmement bons, ni qu’il n’y a pas d’incohérence… Mais il y a indéniablement un petit quelque chose. Un peu comme à la rentrée des classes quand tous vos profs sont d’un ennui mortel (qui font les mêmes blagues chaque année), et que parmi cette vague de vieillards bien-pensants, vous en avez un petit jeune qui pète la joie de vivre et qui est encore passionné par son boulot et qui a mis à jour son cours durant l’été. Ben quand j’ai vu Death Valley (dire que je regrette la série est un euphémisme) pour la première fois, c’était un peu ça. Les vampires, loup-garous, zombies, c’est du vu et revu, on est d’accord ? Ben pourtant, ils ont réussi à faire du neuf en recyclant le vieux. Une touche d’humour décalé, des répliques improbables, que dis-je, un univers improbable, et c’est parti. La parodie ne tue pas. Pour Teen Wolf, pareil. On se dit qu’avec un titre et un plot pareil, ça ne doit pas casser trois pattes à un canard, résultat, bonne surprise ! Merci le cast ! Et le scénario a un vrai suspens !

Autant, dans les teen series, comme The Hard Times Of RJ Berger ou Awkward., je pense que l’identification est facile et un peu grossière, et même pour les plus âgés, ils jettent un regard léger sur les persos. Quant à Underemployed (qui finira sans doute annulée…), la série jongle avec humour les déboires amoureux et la crise économique, donc la vie moderne des jeunes adultes (sauf pour l’Asiate, genre elle est proche de la quarantaine et elle joue une twentysomething). Ce qui marche dans ces séries, c’est la situation d’origine qui est drôle. Aka un membre démesuré chez un loser, un suicide raté pour une ado comme les autres, un bébé imprévu chez des post-ados. Je me dois juste de mentionner un syndrome dans Underemployed, ils sont censés être sans le sou, mais ils détiennent un appart/loft immense (comme dans toutes les séries US semble-t-il) ! Bref, tout ça pour dire que c’est la petite folie chez les persos qui est amusante. Car le surjeu dans leur cas est carrément un point positif. Je pense à la conseillère d’orientation, aux parents, aux clients… c’est un élément comique indispensable. Oui, tout est rempli de clichés, mais limite j’ai envie de dire des clichés « drôles » et qui évoluent en plus. Mais bon, s’il y a quelque chose, il manque aussi définitivement quelque chose d’autre pour en faire de véritables bonnes séries. Malgré tout, c’est une nouvelle ouverture intéressante. Et oui, toutes les références « contemporaines », aka, une pseudo culture pop marchent sur moi.

Ils ont récemment connu des ratés aussi. Comme les tentatives de remakes UK. Je pense à Skins, à The Inbetweeners. Il faut garder à l’esprit que ça reste une chaîne pour jeunes, ils beepent donc toutes les insultes (le pire qu’on puisse laisser doit être « jerk »), donc quand ils disent fuck, c’est assez drôle. Et quand on a affaire à des séries comme Skins ou The Inbetweeners… vous imaginez bien qu’il y a des tonnes de gros mots, des notions pas très morales et des situations pas très catholiques. Leurs cousines US étaient juste absurdes. Foirage complet. Surtout quand on ne dispose pas des jeunes talents comme Nicholas Hoult, Kaya Scodelario, Joe Thomas etc. Je dois avouer que leurs jeunes talents ne sont pas des génies, mais déjà, j’apprécie le fait que ce soit des grands inconnus pour la plupart, qui acquièrent une certaine notoriété par la suite. Tyler Posey, il se fait un petit nom :’). En fait, j’ai l’impression que leur dosage dans la surenchère n’est pas bon. Autant, la dramédie/comédie semble relativement bien marcher, autant le drama pur… C’est pas encore ça. Puis ce n’est pas une chaîne comme MTV qui fait fantasmer les ados prépubères qui peut se permettre de reprendre Skins.

Loin de moi l’idée de dire que c’est parfait et que ça y est, MTV est sortie de sa spirale infernale de ridicule et se redore un blason (enfin, encore faut-il que la chaîne ait déjà eu un blason doré *sort*), mais je veux juste dire un mot en sa faveur. Ce n’est pas parce qu’un produit est étiqueté MTV qu’il doit être mis à la poubelle de suite. Peut-être que c’est une énorme ânerie ce que je vais dire, mais outre le côté divertissant de leurs séries, il y a un côté « ma vie est une série télé » qui fait personnellement mouche chez moi. Je ne dis pas que c’est la réalité, mais il y a une part de « on peut être spécial en étant banal ». Et c’est ce que beaucoup de gens espèrent quelque part. C’est vrai, ils ont tendance à tous être beaux, mais bon, on reste dans une série, hein x’D. En tout cas, elles remplissent bien la part de leur contrat, il y a du plaisir coupable pour les yeux, c’est sans prise de tête, on est intéressés par le sort des personnages et ça nous fait pousser des soupirs. Je trouve même la diversité ethnique des casts marrante x’D.