« In the army now… ooh, ohhh. » – Dernière saison ? [Edit 21.09.12]

C'est un retour global de la saison 6, il y a donc des spoilers :'D.

Commençons par le négatif. C’était du GRAND n’importe quoi cette saison. Ohlala les différentes storylines, les incohérences. Du délire total. Trop de drame tue le drame. On se serait cru dans un soap plutôt qu’une série tranquillou de Lifetime. Au lieu de tout ça, ils auraient dû se concentrer dans les relations inter-personnages, et non pas leur créer des histoires sans queue ni tête juste pour avoir des rebondissements même pas originaux. Pour vous donner une idée :

  • Une tentative d’assassinat : bon, d’accord, le moment était peut-être opportun et il n’y avait pas encore eu d’assassinat auparavant, mais une mission non-préparée qui se résout en trois minutes ! Franchement ?! (et quand ton mari se fait tirer dessus, tu te ramènes pas ? Bon okay, il y avait d’autres raisons, mais quand même…)
  • Une énième bombe : celle de la saison 1 et de la saison je-ne-sais-plus-combien n’ont pas suffi, à Fort Marshall, il y a des bombes en permanence car ils n’ont pas renforcé leur système de sécurité.
  • Une prise d’otage : parce que comme tout le monde, quand on va dans un coin reculé près du bord de mer, on rencontre des psychopathes qui veulent nous violer et nous tuer. Et bien sûr, comme ce sont des héroïnes, elles arrivent à deux, à tout régler et à appeler la police dix ans après.
  • Un saut temporel totalement inexpliqué : magie, magie ! Tout d’un coup, il s’est passé presque six mois, et le laps de temps écoulé reste sous silence. Que s’est-il passé ? On ne saura jamais. Mais bon, la vie continue comme si de rien n’était.
  • Un suicide : qui se règle en un épisode et demi soit dit en passant. Et bien sûr, c’est la minorité ethnique qui se fait exclure. La honte est trop grande, il faut en finir, et vite.
  • Un problème d’addiction : car le surmenage c’est pas bien, il faut savoir se maîtriser et pas trop prendre de médocs. Attention à la dépression, hein. Une femme esseulée, qui subit trop de pression de la part des autres, ben forcément, il ne lui reste plus que l’alcool et les médicaments.
  • Un couple infidèle : ohoh, même dans l’armée il y a de l’infidélité :’O ! Car Denise et Roland ne suffisent pas, il faut que les nouveaux arrivants connaissent le cocufiage. Là où l’armée passe, les couples trépassent.
  • Un couple lesbien : on est dans l’armée, il faut rester à la page de l’actualité et parler de Don’t ask, don’t tell, mais avec un couple de femmes, car ça passe mieux à la télé que des hommes.
  • Une paternité sortie de nulle part : c’est super coolie d’adopter, tout le monde est heureux, mais non, le père biologique doit se ramener d’on ne sait où…
  • Une catastrophe : quel cliffhanger ! Qui va mourir ?! En plus, il faut que ce soit un accident en groupe (oui, un crash, sauf que contrairement à Grey’s Anatomy, ils ne sont pas dans un petit avion mais un beau grand charter) pour garder le suspens… Il ne faut pas oublier qu’il y a au moins un mort par saison dans les personnages secondaires.

Beaucoup, beaucoup de gimmicks condensés dans cette saison de 23 épisodes. En fait, j’ai eu l’impression de voir tout ce qu’ils ont fait dans les saisons précédentes pour les mettre en une saison. D’ailleurs, j’en profite pour préciser qu’il n’y a pas eu de renouvellement décidé, et vu la fin du season finale, on peut bien s’attendre à ce que ce soit la fin de la série (mais j’y reviendrai plus tard).

Parlons des personnages, car c’est ce qui fait tenir la série vu combien ils sont attachants. Du sang frais dans cette saison et des départs. Je pense parler pour tout le monde en disant que la venue de Kelli Williams (Lie To Me) en Jackie Clark a été très appréciée. Son couple fictif avec Robert John Burke (Général Kevin Clark) a mis un peu de dureté dans cette série de Bisounours. Ça aussi permis de reparler des problèmes d’ados car les premiers avaient un peu grandi. Ensuite, la bonne surprise est venue d’Alyssa Diaz (The Nine Lives of Chloe King). Cette dernière était censée jouer la nouvelle Roxy (Sally Pressman), et cela peut sembler cliché, mais avec son sang chaud d’hispanique, elle a très rapidement intégré son personnage de Gloria qui a su séduire le public, et l’élève a même surpassé le maître. Une vraie bouffée d’air, comme dirait Roland. Du côté de Charlie (Ryan Michelle Bathe) et de Nicole (Kellie Martin), elles ont eu une storyline qui a beaucoup évolué en deuxième partie de saison… pour le meilleur et pour le pire. Car si au début Charlie semblait prometteuse, elle devient très redondante par la suite. Et Nicole est un peu là pour la décoration. La décision d’injecter du sang frais était normale, et s’il y avait eu plus de temps et moins de courses dans tous les sens, le résultat aurait pu être intéressant. En résumé, les personnages ont été gâchés…

Après, dans les départs, le personnage de Kim Delaney qui ne devait être absente qu’une partie de la saison (mais au final, elle a même pas du faire un quart) a vraiment manqué. Jackie n’a pas remplacé Claudia Joy. Le prétexte de son absence sera mis sous silence (ah non, elle est partie chez sa mère pour recouvrir de son opération, ben oui, car Denise lui a donné un rein x’) car il faut avouer que ce n’est pas toujours évident d’expliquer l’absence d’un acteur principal. D’après les rumeurs, la cause de son désengagement serait due à une cure de désintoxication (Kim Delaney avait déjà été virée des Experts : Miami à cause de son addiction), bien qu’officiellement elle avait un film à tourner entre temps… La dynamique de Denise et de la femme du général Holden était tout de même particulière, et cette complicité manque relativement à l’écran. De même, sans Pamela (Brigid Brannagh), le personnage de Roxy a perdu de son intérêt et de son potentiel comique. Elle passe la majorité de son temps à se plaindre de Trevor (Drew Fuller) qui a des opinions divergentes sur leur futur. C’est là le cœur du problème… Army Wives ne savait plus trop sur quel pied danser. Denise (Catherine Bell) par exemple, vivotait par ci et par là, sans vraiment d’attaches. Un moment elle aide Jackie, un autre Charlie, sans avoir vraiment d’histoire propre. Du coup, les scénaristes ont voulu combler avec des histoires farfelues qui n’ont pas vraiment fait mouche.

La boucle est bouclée avec le dernier épisode. Army Wives a commencé avec l’arrivée de Roxy à Fort Marshall, elle se termine sur son départ pour Tacoma. Il me semblerait logique que cette saison soit la dernière même si l’annonce officielle n’a pas encore été diffusée. En tout cas, la dernière scène a bien sûr servi de séquence émotion, avec la petite musique doucereuse et les flashbacks des saisons passées. J’ai tiré ma petite larme, je l’avoue, car ces héroïnes (et Roland) auront quand même traversé beaucoup d’épreuves, et la bonne morale de l’histoire comme quoi l’amitié triomphe toujours est toujours agréable à garder à l’esprit. Avec un visionnage tout récent, je dirais que la saison 6 n’a clairement pas été à la hauteur des saisons précédentes, mais que la série en elle-même était sympathique à regarder, malgré la morale américaine permanente. Mais que voulez-vous, c’est une histoire sur l’armée, il faut bien que le pays donne une belle image de ses protecteurs ! God bless America!

 

Edit : La chaîne Lifetime vient d’annoncer officiellement le renouvellement d’Army Wives pour une saison 7 ! Reste à voir qui restera, qui part et comment tout cela va se goupiller…

Publicités