La crise de « The Affair »

La saison (enfin).

the-affair

J’ai mis du temps avant de regarder The Affair. J’avais toujours mieux à faire. Bref, j’avais tout un tas d’excuses pour ne pas la regarder. Mais j’ai fini par la regarder. De presque d’une traite. C’était impressionnant. Impressionnant de réalisme, d’intensité, d’observation. Je crois que c’est l’une des séries les plus intimes que j’aie jamais vues. Non pas parce que ça parle d’une liaison, mais c’est surtout que les points de vue de chacun sont vraiment personnels. Au début, les divergences sont minimes, on remarque qu’il y a des détails qui changent, les vêtements, qui a fait le premier pas… Mais plus on continue dans la série, et plus tout est différent. Noah Solloway, père de quatre enfants, professeur en lettres qui a quand même sorti un livre que personne n’a lu, glisse dans sa vie dans l’ombre de son beau-père écrivain à succès, et sa femme née d’une famille riche. De l’autre côté, on a Alison, qui a perdu son fils très jeune, dont le couple bat de l’aile suite à cette tragédie. Leurs chemins vont se croiser dans la petite ville côtière où elle habite, et voici que la série commence. Quelqu’un est mort, un inspecteur interroge les deux amants qui vont raconter leur été.

Episode 103

La première fois que j’ai entendu parler de The Affair, je m’étais étonné sur le cast. Pourquoi Joshua Jackson (c’est d’abord Dawson avant Fringe !) ne jouait pas le type avec lequel Ruth Wilson (superbe dans Luther) avait une liaison ? Puis, j’ai compris… L’alchimie entre Wilson et Dominic West (le flegme britannique à l’œuvre chez ces deux-là) se transpose à l’écran comme une complicité formidable. Hagai Levi est le créateur de la version originale d’En Analyse et c’est vraiment la décomposition d’une relation à laquelle on a le droit. Tous les épisodes sont coupés en deux parties, le point de vue de Noah, et celui d’Alison. Il y a une certaine constante tout au long de la série, étrangement, ce n’est pas redondant. La narration en flashback est faite de telle manière que le spectateur se prend au jeu de l’enquête, en engloutissant les miettes d’indices qu’on lui donne à chaque épisode. A vrai dire, l’enquête au début ne présente que peu d’intérêt, elle prend de plus en plus d’ampleur quand on apprend l’identité de la victime, mais aussi les suspects et les mensonges évidents. En plus, tout se passe dans une petite bourgade, Montauk, où tout le monde connait tout le monde… Voilà pour passer inaperçu quand tu commences une liaison ‘-‘.
Les intrications sont telles qu’on se demande quelle version est la vérité… et je ne peux m’empêcher de penser à Agent Carter dans l’épisode 105, quand le Chef dit qu’il existe toujours trois versions à chaque histoire, celles de deux parties, puis la vérité. Cette vérité, on ne la saura probablement jamais car on n’a jamais de regard objectif sur la situation. On sait pertinemment qu’en tant qu’êtres humains, ils sont disposés à mentir. Est-ce qu’ils mentent tous les deux ? Jusqu’à quel point ? Et très honnêtement, le dernier épisode de la saison m’a un peu laissée sur ma faim.

565261

Au niveau des personnages à proprement parler, les deux protagonistes principaux sont fortement soutenus par des personnages secondaires bien trempés. Que ce soit Joshua Jackson ou Maura Tierney, leur moitié officielle du couple est tellement bien imaginée que c’est difficile de pardonner aux amants. Je me demande même s’ils n’éveillent pas plus d’empathie que les épreuves que traversent Noah et Alison. L’incompréhension, la colère, le déni de Helen, la jalousie, le désespoir de Cole en font des atouts non-négligeables qui viennent apporter un équilibre à cette liaison. Oui, en plus des rendez-vous sulfureux, il y a la véritable vie qui continue d’avancer. Très bon point pour la mère de Cole, qui a plus d’un tour dans sa manche. Grosso modo, l’écriture est géniale, la lenteur volontaire de la narration est la bienvenue, les acteurs sont vraiment excellents (Wilson n’a pas volé son Golden Globe), tout est pensé au détail près. Et c’est ça qui reste le plus impressionnant.

Levi envisage la série sur trois saisons, je suis bien curieuse de voir comment ça va se terminer. Oh, et le générique. QUEL GENERIQUE !!!