Don’t shoot the Mockingbird (Lane)…

Je suis assez contente que le pilot de Mockingbird Lane ait finalement été diffusé à la TV. Quand le projet avait été annoncé, le nom de Bryan Fuller brillait un peu comme les fraises du Pie Hole et j’imaginais déjà le genre de la série et son esthétique particulière. Quand les noms du casting ont été annoncés, mon impatience s’est encore accrue à l’idée de revoir Portia De Rossi à l’écran (RIP Better Off Ted introuvable en DVD) et Jerry O’Connell qui ne semble pas avoir vieilli (ce que c’était bien Sliders :’D). Après, NBC n’a pas choisi de continuer l’aventure, mais a décidé de diffuser le pilot pour Halloween. Pourquoi pas quoi. Même si une série complète aurait bien évidemment été plus satisfaisante. Mais c’est tout de même mieux que rien (car on nous a bien mis l’eau à la bouche avec les photos promos et tout, et au final, pour quasiment rien)… Déjà, je ne connaissais pas The Munsters, et en règle générale, je n’aime pas trop les fictions avec des êtres surnaturels, que ce soit des vampires, des loups-garous ou autres. Ça me fait peur tout bêtement, et leur mythe est souvent raté. C’est un peu différent avec La Famille Addams dont l’humour noir fait souvent mouche. Bref, de toute manière, je n’aurais jamais regardé la série originale. J’ai lancé l’épisode en ayant aucune idée du sujet dont ça parlait, et je n’en ai que mieux profité.

Première surprise, la réalisation déléguée à Bryan Singer x’D. J’avais l’impression de débarquer dans la quatrième dimension *bruitages bizarres*. Sûrement que la nouvelle n’était pas nouvelle justement… mais j’ai dû l’oublier dans les méandres de mon cerveau. En tout cas, bonne surprise. La première scène avec les petits scouts m’a vraiment faite rire. J’avoue que j’ai un petit faible pour ces explorateurs de la nature x’D. Au moins, ils apprennent ce qu’est la nature, ce qu’on ne peut pas dire de la majorité des Américains. Puis leurs petits badges sont mignons. Et j’ai maintenant l’image d’Edward Norton en chaussettes hautes (Moonrise Kingdom). D’ailleurs, le petite Eddie pourrait carrément s’y intégrer avec son style expressif. Dès les premières minutes, le ton est posé. Les gamins ne seront pas sauvés. Et tant mieux, y en a marre de ces shows où les gamins sous prétexte qu’ils sont mineurs, sont sauvés miraculeusement. Ce sont les plus faibles (généralement), qu’ils crèvent que diable ! Et on reconnaît rapidement la touche de Fuller (le plan avec la lune en fond, c’était pas mal). La seconde scène, avec l’introduction en dessin, c’est pas mal aussi :’). Et là, bam. Charity Wakefield. Impossible de remettre sa tête. Et puis après un tour sur iMDb, révélation, c’était la petite de Raison et Sentiment et Any Human Heart (oui, j’ai pas vu toute sa filmo x’). Et re-bam. Le manoir. Il est vraiment chouette. Les toits colorés, l’architecture mélange de gothique et de moderne (avec le Golden Gate en fond :’), ça rend bien mieux en vidéo qu’en photo :’D. Honnêtement, si Fuller devait être reconnu pour un talent, c’est son imagination débordante notamment au niveau de l’esthétique. Je pleure encore des larmes de sang pour Pushing Daisies (et dans une moindre mesure, Wonderfalls). Première apparition de Jerry O’Connell et WTF ? On dirait que c’est toujours le jeunot de Sliders x’D (et j’avais pas aimé The Defenders, donc bon).

Je sais plus où je lisais que Singer aimait beaucoup les travellings, et effectivement, il y en a eu beaucoup :’). Mais ça donne un certain effet aux personnages, donc pour le coup, c’est carrément le bienvenu. Et comme c’est le pilot, c’est un peu la découverte. L’arrivée d’Eddie Izzard (il était top dans The Riches) et Portia De Rossi est assez coolie, première vraie touche d’effets spéciaux (oui, car bon, le loup-garou en fond ne compte pas) et comme prévu, ce n’est pas top. Par exemple, le dernier fond vert de l’épi est atroce, mais comme ils sont sur le toit, c’est chouette huhu. Mais ce n’est pas très dérangeant car ça colle avec le ton décalé de la série (et on sait bien que ce n’est pas l’important). Les habits vintage à côté d’un iPad par exemple x’D. Les effets cheap (dont le maquillage de Grandpa) par rapport à la richesse du contexte. L’aspect créatif compense largement le manque de moyens (le cercueil, en soi un cercueil n’est pas original, mais le design du sien est juste énorme !). J’aime bien aussi les thèmes musicaux de chaque perso (et j’avoue, j’ai trouvé ça drôle la seconde entrée de De Rossi qui n’est pas si mal en brune :’D). Et la BO en règle générale toute pop et dynamique et bon enfant. Ça fait plaisir de pouvoir entendre de la musique dont on distingue les instruments quoi…

Là où ça pêche un petit peu, c’est au niveau de l’histoire. Il ne se passe pas grand-chose dans ce premier épi. Il a beau intriguer, il ne renvoie pas vraiment d’intérêt flagrant (sauf peut-être pour le cliffhanger de fin). Et je suppose que le ton est un peu indécis. On ne sait pas si c’est une comédie ou plutôt une série plus noire… J’avoue que je n’aurais pas été contre le format 20 minutes :’/. Au moins, on aurait été fixé au lieu d’être servis par des platitudes. Mais là, on peut dire que c’est une bonne dramédie. Et après, niveau dialogue… Je crois que ce qui m’a le plus marquée, c’est le « Walking away is a form of goodbye. » C’est pour dire… Les Munster parents Lily et Herman sont un peu lisses quand même… pour le moment du moins (et à jamais du coup x’D). Après, on sent que Marilyn a du potentiel et qu’Eddie va finir par nous saouler alors qu’il n’est pas antipathique pour un gosse. Et que Grandpa va sûrement stagner sans évoluer car il est déjà trop dévoilé au début. Au risque de me répéter, ça rappelle vraiment Pushing Daisies, même dans l’approche de la mort qui est relativement banalisée. Dans le traitement des couleurs aussi (la lumière, magnifique, ça rend leur monde surnaturel). Disons que c’est plus proche de sa dernière série que de sa première série (Dead Like Me). Et même dans le style du jeu des personnages qui sonne un peu « superficiel » et parodique, on ressent l’humour :’).

C’est donc un peu le problème. L’histoire de la série est un peu posée mais pas tout à fait, et ça parle beaucoup de mort encore une fois, le thème de prédilection de son producteur. Les chances pour que NBC la reprenne sont quasi nulles, mais l’espoir fait vivre. Du coup, il faudra attendre le début de l’année prochaine pour revoir le travail de Fuller puisque Hannibal (Hugh Dancy, cœur cœur) sera diffusé à ce moment là. C’est sans doute la série que j’attends le plus :’), même si j’ignore comment il pourra intégrer ses jeux de couleurs là-dedans (faudra voir le sang :’/). Ce qui me fait penser, ce qui manquait à Mockingbird Lane, c’était peut-être quelqu’un de la famille Fuller (pour pas dire Fullerverse haha), et à tout hasard, j’aurais bien vu Lee Pace ou Callum Blue à la place d’O’Connell x’). Enfin, je dis ça parce qu’il a quand même réussi à caser Caroline Dhavernas (Wonderfalls) dans Hannibal. Voilà, je suis grave dégoûtée qu’il n’y ait pas une suite ><, surtout avec la fin clairement sympa. Au pire, ils pourraient juste faire un téléfilm un peu plus long que le pilot pour nous satisfaire, non x’D ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s