« The Big C » – Saison 3

Hum. Déception. Un petit retour sur cette saison 3 de l'une des surprises d'il y a trois ans. (Rien que les affiches promo ne me plaisaient pas.)

La saison 1 était « WHAOU », la saison 2 était « WOOHOO », la saison 3 est « Ah… ». Ce n’est pas tant que les personnages soient moins intéressants, au contraire, ils le sont de plus en plus avec leurs particularités et ils se sont surtout trouvés, c’est plutôt l’ambiance générale de cette saison qui a dégringolé. Je n’ai pas senti la pesanteur du cancer. Je n’ai pas trouvé la situation aussi drôle qu’avant, les personnages précédents me manquent et j’arrive à peine à me souvenir des noms des nouveaux… Todd me manque (même si Reid Scott a trouvé un bon rôle dans Veep, je voulais qu’il reste dans The Big C :'(), Lee aussi (Hugh Dancy… tu n’es jamais mieux qu’en malade), et Joy n’arrive pas à la hauteur des précédents (même si j’aime beaucoup Susan Sarandon) pendant que les guests comme Victor Garber (sous-exploité à mort), Mamie Gummer (inintéressante…) ou encore Brian d’Arcy James (si je l’avais vu avant autre que dans Smash, son personnage aurait pu me paraître sympathique), Lee Tergesen (ça ne pouvait pas aller plus loin ?!) ne sont que de passage exprès. Peut-être que seule Allison Janney arrive à faire de l’humour avec ses trois pauvres répliques et son rire.

Déjà, la relation entre Cathy et Paul me saoule. Elle se veut pseudo « normale » avec un mari « banal » qui glande toute la journée pendant que la femme se saoule (car oui, elle est alcoolique, reconnaissons-le) tout en faisant les courses. Eh bien, trop de normalité tue la normalité. Heureusement qu’Andrea, oups Abubao, est là pour mettre un peu d’ambiance. Car si on devait compter sur Adam et sa révélation divine… Sean fait sa vie de son côté, comme d’habitude (c’était marrant de voir sa créativité avec le téléphone rose). Toute la saison a reflété un sentiment de lassitude… Du moins, c’est ce que j’ai ressenti. Je ne sais pas si c’est une lassitude par rapport au sujet (j’espère qu’ils ne vont pas faire à la United Stated of Tara pour le coup, car j’avais vraiment trouvé la dernière saison sans intérêt et bâclée) ou juste une baisse de régime des scénaristes. Attention, je ne dis pas que c’est pourri, hein ! Loin de là. J’ai quand même bien ri parfois, c’est juste qu’il n’y avait pas la fraîcheur des deux saisons précédentes ni le même attachement aux personnages, ainsi que cette tragico-comédie qui faisait la force de The Big C. Je me suis juste retrouvée devant une dramédie. Bref, le fil rouge ne m’a pas vraiment plu cette saison.

Ma plus grosse déception réside dans le personnage de Cathy. Son comportement a toujours été un peu extatique car elle en voulait toujours plus, et elle appréciait de faire tout ce qu’elle n’avait pas pu faire. Mais dans cette saison 3, elle a l’air en dépression alors que médicalement, c’est certainement la meilleure saison pour elle. Donc elle stagne en quelque sorte. Paradoxalement volontaire ? J’en sais rien, mais ce n’est pas toujours agréable à regarder. A l’inverse de Paul, que je ne l’ai jamais trouvé aussi drôle qu’en apprenti gourou. Son personnage a enfin une existence propre qui n’a rien à voir avec Cathy. Un peu d’indépendance, ça fait du bien. Avec cette « near death experience », au début je le trouvais très saoulant, mais peu à peu, il vole la vedette à Cathy. Car au final, on s’aperçoit ce n’est pas tant de l’attention qu’il recherche (même s’il y a une bonne part), c’est la reconnaissance de soi tout simplement. Il veut prouver au monde (tout comme sa femme), qu’il existe aussi. Peut-être que son approche est maladroite et qu’il blesse des gens en le faisant, mais j’ai été touchée. Je rebondis avec l’histoire de l’adoption, je trouve que c’est vraiment égoïste. Cathy dit qu’elle veut adopter non pas pour prouver qu’elle va survivre, même si l’instant d’après elle réplique que si, mais en fait, tout tourne autour d’elle. Alors qu’au début son égoïsme reflétait de l’altruisme (sa liaison, Lee, etc.), là, je n’arrive pas à voir de la bonté dans l’acte. Puis le « petit » hic de l’adoption aussi… Et le délire d’Adam avec son groupe de soutien chrétien, je n’ai pas trop adhéré, la rébellion chez les jeunes c’est vraiment du tout au n’importe quoi. J’ai bien ri avec l’implication d’Andrea dans son club, en revanche. C’était poussé à l’extrême, mais il y a une part de moi qui est d’accord avec l’idée générale ^^. Et enfin, toute l’histoire de Sean m’a bien fait rire. Du début jusqu’à la fin. Je crois que je n’ai jamais rencontré un personnage comme lui.

La saison 4 sera officiellement la dernière, j’espère que la qualité reviendra au rendez-vous. On ne sait pas encore grand-chose sur les futurs guests (il y en aura, c’est sûr x’), ni sur l’identité du futur mort haha. Mine de rien, j’aimerais bien que Cathy meure à la fin, la boucle sera bouclée comme ça… Mais pas du cancer, non, à cause d’un accident à la noix. Ce sera plus ironique. Et je veux que le series finale fasse chialer à mort. Voilà, ça c’est dit :’D.

Publicités

2 réflexions sur “« The Big C » – Saison 3

  1. Je suis globalement d’accord avec toi (c’est rare :’O). La saison 3 a perdu de la saveur de la série, c’est clair. Le final est particulièrement raté, mais l’ensemble de la saison se laisse regarder effectivement. J’adore Sean, j’ai adoré son triangle amoureux, on sort du cliché adultère et hésitation entre deux amours pour un vrai triangle assumé et « heureux », c’était super. ^^ L’histoire de Paul j’ai bien aimé aussi, avec Ababuo et Joy. Cathy ça m’a dérangé sa « double-vie » et tout, mais j’imagine que ça fait partie du processus de sa maladie, c’est le chemin qu’ils ont choisi et je l’accepte. Adam comme d’hab je n’ai pas du tout aimé. Bref, tu le dis très bien, c’est le côté tragico-comédie qui a disparu et qui est regrettable ! On veut chialer devant « The Big C » bon sang, surtout quand on lance le season finale ! Je me rappelle encore la découverte du hangar, je crois que j’ai jamais autant pleuré devant une série xD, mais qu’est-ce que c’était bon ! Devant une série on veut pas forcément rire aux éclats, il faut aussi qu’ils arrivent à nous atteindre émotionnellement, surtout quand on parle d’un sujet aussi délicat que le cancer quoi. J’espère que l’ultime saison sera à la hauteur mais en si peu d’épisodes (4 je crois ?) et en devant rattraper la situation du season finale pour commencer, je sais pas trop… En tout cas rien que pour la saison 1 cette série vaut le coup. :’)

    • Mais oui, Sean, il est trop original, j’adore !
      +1 pour le finale de la saison 1, pareil, j’ai jamais autant pleuré (et j’étais en plein dans le RER…). Et oui, il est prévu une saison 4 avec 4 épisodes d’une heure. J’espère que ce sera beau :’).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s